L'After Racing, épisode 4

Crédit photo : RC Strasbourg Alsace

Le Racing accueillait Nîmes ce vendredi au Stade de la Meinau. Et comme souvent à cette période de l'année, la Meinau était bien garnie. Surtout qu'en ce début de saison, les résultats sont bons et le Racing était bien installé sur le podium avant le début de la rencontre. Face à des Nîmois relégables, mais qui ont déjà dû se coltiner Le Havre et Lens, les Strasbourgeois pouvaient craindre un réveil des visiteurs. Dans un début de rencontre calme, où les erreurs techniques prenaient l'avantage sur le jeu, il était difficile d'imaginer voir des buts. Le Racing avait dû mal à passer par les côtés, et les crocodiles nîmois avaient bien travaillé à la vidéo leur adversaire du jour ciblant le jeu au milieu de terrain. Pressing haut, entre-jeu bloqué, agressivité ... les Strasbourgeois ne parvenaient pas à se sortir de l'étau nîmois et bafouaient leur football. A la demi-heure de jeu, le match se décante enfin sur une double occasion d'Ihsan Sacko, puis Khalid Boutaib mais le portier nîmois Gauthier Gallon détourne à chaque fois. Quatre minutes plus tard, Vincent Gragnic n'est pas loin de faire trembler les filets adverses. Nîmes réagit dans les dix dernières minutes de la première période et pour la première fois de la saison, la défense du Racing ne semble pas sereine. A la mi-temps, les deux équipes peuvent être heureuses de ne pas avoir encaissé de but.

Au retour des vestiaires, les Strasbourgeois sont cueillis à froid. Après une perte de balle en milieu de terrain, les Nîmois obtiennent un corner et font mouche ... Le public ne lâche pas les siens, mais rapidement le Racing perd son capitaine Ernest Seka. Pas sur blessure comme la semaine précédente à Tours, mais sur un sacrifice du capitaine pour éviter que l'attaquant Slimane Sissoko ne plie le match sur une erreur de relance d'Alexandre Oukidja. Les supporters saluent le geste du capitaine en scandant son nom. Le coup franc qui suit, échoue sur la transversale au bonheur de tout un stade. Mais le Racing n'a jamais été en infériorité dans cette rencontre. Le public pousse encore plus fort après l'expulsion et les provocations du gardien nîmois qui ne s'est pas fait que des copains à la Meinau hier soir, motivent encore plus les supporters à donner de la voix. Ihsan Sacko obtient un coup franc alors qu'il reste une vingtaine de minutes. Frappé par Vincent Gragnic, l'arbitre ne laisse pas l'action se terminer puisque Jérémy Grimm se fait balancer au point de pénalty. Khalid Boutaib le frappe et prend seul les commandes au classement des buteurs de Ligue 2. Le Racing revient à 1-1. Surfant sur l'euphorie, le Racing tente de faire basculer le match du bon côté sans y parvenir. Mais les Nîmois n'ont pas la tête sous l'eau, bien au contraire. Ndoye sauve le Racing de la défaite enlevant un ballon sur sa ligne à dix minutes du terme. La fin de rencontre ouverte aurait pu permettre aux deux équipes de l'emporter mais c'est sur un score de parité que M. Varela siffle la fin du match.

Si le Racing n'a pas su gagner à domicile hier soir, ce point est presque synonyme de victoire dans les circonstances que l'on connaît. Et ce sont bien les Nîmois qui peuvent nourrir des regrets ce matin. Le Racing reste invaincu et maintient sa position sur le podium sur un rythme de deux points par match après quatre rencontres. Les prochaines échéances s'annoncent compliquées avec un déplacement au Gazélec (même nombre de points que le Racing aujourd'hui) et la réception du relégué Troyes, qui revient bien après deux défaites inaugurales. Il faudra, en plus, faire sans le capitaine pour le déplacement en Corse. Mais on retiendra la combativité du Racing dans cette rencontre, cette force de ne pas lâcher dans les moments difficiles. C'est sur ces valeurs que le club cherchera son maintien avant de regarder plus haut. Avant de se concentrer sur le retour en terre corse pour Khalid Boutaib et Thierry Laurey, la parenthèse Coupe de la Ligue s'ouvre pour nos Bleus. Deuxième tour de coupe à jouer ce mardi du côté de l'Abbé Deschamps à Auxerre, avec la possibilité de rencontrer une équipe de Ligue 1 en cas de qualification.

Top 3 :

  • *** Jérémy Grimm : Il a encore été exceptionnel hier soir dans son rôle de sentinelle. Notamment en première période lorsque le Racing avait dû mal à mettre son jeu en place. Parfois imprécis dans ses passes (et notamment avant le corner qui amène le but), il a intercepté un nombre incalculable de ballons, taclé (proprement) pendant 90 minutes et a été à l'origine des bons mouvements de l'équipe. C'est aussi lui qui a provoqué le pénalty de l'égalisation. Sans hésitation le meilleur Strasbourgeois.
  • ** Felipe Saad : Si l'équipe a semblé plus en difficulté que d'habitude défensivement, il a tenu cette défense à bout de bras. Les deux latéraux n'étaient pas dans un bon soir, son capitaine a semblé hésitant avant son expulsion. Les nombreuses interventions de Felipe ont permis d'éviter le pire au Racing.
  • * Vincent Nogueira : Sa prestation aura été remarquée. Il a encore avalé un grand nombre de kilomètres dans l'entrejeu. Moins sur l'aile gauche qu'habituellement, la faute à la forte présence nîmoise dans l'axe, il a réalisé un grand travail permettant à l'équipe de se donner de l'air et de croire au succès en contres.

On soulignera aussi la belle entrée des trois remplaçants Yoann Salmier, Mayoro Ndoye et Stéphane Bahoken. Le premier s'est montré très solide et il n'était pas facile d'entrer dans ce contexte. Mayoro a sauvé le Racing en fin de match et a joué un grand rôle défensivement avec Jérémy Grimm et Vincent Nogueira. Enfin, Stéphane Bahoken a mis beaucoup d'envie hier soir (chose qu'on pouvait lui reprocher les saisons passées) et aurait pu faire basculer la rencontre à deux ou trois reprises en fin de match.

Facebook

RBS

Twitter

Vidéos

Mercato 2017

Point sur le mercato !

Un max de stats !

Les statistiques du Racing sont sur RacingDatabase

La vidéo du moment